FTTNB Prix de solidarité - Julie Hendsbee (2005)

English ]

La valeur des syndicats pour les travailleurs, les travailleuses et la société

Par Julie Hendsbee
James M. Hill Memorial High School


Julie Hendsbee - FTTNB Prix de solidarité 2005 C'était au printemps de 1995. Une journée ensoleillée, alors que moi-même et mes trois frères et sœurs plus âgés que moi jouions ensemble dehors après l'école. Mon père avait été un fier employé de Ultramar depuis 16 ans, et nous nous étions accoutumés à sa routine, son départ à 8 heures, sa rentrée à 17 heures pour le dîner. En attendant sa rentrée avec impatience, nous aidions notre mère à préparer le repas pour la famille. Lorsque mon père est entré nous l'avons couvert de bisous, mais quelque chose était différent, ce jour-là, quelque chose n'allait pas. Nous avons continué notre routine, et mon frère lui a répété la même question qu'il lui posait chaque jour, « ça bien été au travail aujourd'hui, Papa? » C'est alors que nous avons découvert que mon père avait perdu son emploi, qu'il ne retournerait pas au travail le lendemain matin. Notre famille se retrouvait alors sans revenu, puisque ma mère était à la maison. Je ne comprenais pas bien ce qui s'était passé, tout ce que j'avais compris c'était les mots « réduction de l'effectif ouvrier ». Aujourd'hui, dix ans plus tard, mes points de vue concernant le monde du travail ont beaucoup changé.

Lorsque je pense au mouvement syndical, de nombreuses pensées différentes me passent par la tête. Si vous m'aviez demandé au printemps de 1995 ce que le mouvement syndical représentait pour moi, je vous aurais probablement demandé ce que c'était, le mouvement syndical. Toutefois, au moment d'approcher la collation de mon diplôme au secondaire, la question est un peu plus facile à expliquer. Pour moi le mouvement syndical signifie la croissance soutenue des syndicats au fil des ans, avec les avantages qu'ils ont donné[s] à ma famille et au reste du monde du travail.

Lorsque mon père a perdu son emploi, il était membre de la direction à Ultramar Canada. Au cours de ses 16 ans à ce poste, nous avons dû déménager à plusieurs reprises en raison d'avancement au travail, et il n'avait fait preuve que de dévouement à la compagnie. C'était parce que la compagnie n'était pas syndiquée et que l'ancienneté n'était pas reconnue, qu'il a perdu son emploi, et il était un autre employé qui avait de la difficulté à se trouver un emploi et les moyens de subvenir aux besoins d'une famille de six.

Heureusement mon père s'est trouvé un nouvel emploi. Cependant il lui a fallu 14 mois pour le trouver -- 14 mois avant que nous ayons un revenu. L'attente pour le nouvel emploi a été prolongée parce que mon père refusait d'accepter un autre poste qui n'était pas syndiqué. En raison de la perte d'emploi de mon père ma mère a trouvé un emploi comme chauffeur d'autobus scolaire du district 16, où elle continue d'être un membre actif de son syndicat. Mon père est maintenant au service de Weyerhauser, Miramichi, où il est fier de dire qu'il y travaille depuis neuf ans. Depuis ce nouvel emploi notre famille n'a vécu que la stabilité, dû au fait que mon père est un membre actif de son syndicat.

Le mouvement syndical n'est pas toujours facile à expliquer, surtout aux personnes de mon âge qui n'ont jamais connu un emploi syndiqué. Mon père m'a toujours dit que c'est grâce au mouvement syndical que nous avons des syndicats, et c'est grâce aux syndicats que les travailleurs/euses se considèrent en sécurité au travail. Un monde sans syndicats serait un monde en chaos.

Prenez mon exemple. Je suis maintenant une jeune femme qui s'est jointe à la population active à temps partiel. Je travaille dans une franchise bien connue depuis un an et demi. Comme tous les autres travailleurs/euses à temps partiel je n'ai aucun groupe syndiqué pour présenter mes préoccupations au travail. Au cours de la dernière année et demie on me paie le salaire minimum. Je n'ai aucune protection médicale, et mes points de vue sur les heures irrégulières que je dois travailler ne préoccupent pas beaucoup mon employeur. Si les conditions étaient semblables pour tous les emplois, personne ne pourrait fonctionner au travail.

Sans syndicats, les travailleurs/euses de nos jours gagneraient moins de salaire que nécessaire pour vivre. Les heures de travail deviendraient de longs quarts insupportables, et la santé et la sécurité ne seraient même pas la moitié aussi importantes que les profits de la compagnie. Les autres avantages, tels les vacances payées et les congés de maladie, seraient prélevés du salaire d'une personne comme pénalité pour avoir pris congé, les congés de maternité n'existeraient tout simplement pas. Vous pouvez vous imaginer la condition des choses, si tout le monde se retrouvait dans la même situation où je suis présentement, sans pouvoir de négociation ou de représentation!

Le mouvement syndical a fait beaucoup de progrès. Au début c'était l'idée que si un groupe de travailleurs/euses commençaient à prendre des décisions collectivement, l'employeur serait éventuellement forcé de considérer les points de vue de ses employé(e)s. Non seulement le mouvement syndical a-t-il fait avancer tout le monde, il a sûrement été très avantageux à ma famille de plus d'une manière. Non seulement suis-je fière de dire que mes parents sont membres de leurs sections locales, mais aussi que mon père se sent dans un emploi stable où il a l'assurance de ne pas soudainement perdre son emploi, contrairement à la situation qu'il a vécue dans le passé. Il reçoit d'ailleurs un salaire qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille, il travaille des heures fixes, avec des pauses santé et une pause pour le déjeuner.

Avant tout, l'une des plus importantes choses est la protection médicale que le syndicat a pu offrir à ma famille. Je me sens rassurée, sachant que je peux me présenter à une pharmacie avec une ordonnance, et n'avoir à verser qu'un montant que je peux me payer. Quant au médecin, l'optométriste et le/la dentiste, je n'ai rien à craindre en faisant un rendez-vous lorsque j'en ai besoin, sachant que par l'entremise du syndicat de mes parents, nous sommes très bien protégés. Et lorsque mes parents seront prêts à se retirer, ils savent qu'ils auront des pensions en place qui remplaceront leurs revenus pour le reste de leurs jours. Les syndicats ont définitivement joué un immense rôle dans la situation de ma famille, par rapport à de nombreuses questions, et ils aident à subvenir aux besoins de d'autres familles.

Tout récemment une usine a déclenché une grève, et le père de ma meilleure amie est un employé luttant pour ses droits, par l'entremise de son syndicat. Anciennement appellé Repap, l'usine a été achetée par une compagnie finlandaise, renommée UPM. Dans la courte période depuis l'achat par la nouvelle compagnie, on dirait que les besoins des travailleurs/euses ont été poussés de côté. Les travailleurs/euses de UPM sont en grève depuis trois mois, et c'est grâce à leur syndicat qu'ils sont capables d'aller en grève et de lutter pour les droits et les avantages qu'ils ont acquis de haute lutte. Les travailleurs/euses sont appuyés par un autre avantage offert par leur syndicat, soit les indemnités de grève, qui leur fournissent un certain revenu au cours de la grève. Sans le syndicat à UPM, la compagnie pourrait contrôler les salaires, les heures de travail, les avantages sociaux, etc. Cependant, parce qu'ils sont syndiqués, la compagnie ne peut prendre aucune décision finale sans négocier avec le syndicat.

Depuis plus de la moitié de ma vie, mes parents sont des membres actifs de leurs syndicats. Mon père a été délégué d'atelier et vice-président de sa section locale, et ma mère a été secrétaire et déléguée d'atelier de sa propre section locale. J'en suis venue à réaliser que le syndicat est une famille soucieuse qui vous aidera et vous appuiera au travail en tout temps. Au cours des quatre prochaines années j'ai l'intention de fréquenter l'université et de devenir infirmière. Lorsque j'obtiendrai mon diplôme d'infirmière, je sais que je deviendrai automatiquement membre d'un grand syndicat, le jour où je prendrai mes premiers pas dans le monde du travail en soins de santé. Ma mission sera de suivre la route de mes parents et de devenir un membre actif du syndicat, afin de pouvoir mieux assurer une expérience de travail stable pour moi-même et peut-être un jour pour ma propre famille.

J'ai découvert que ça veut dire que je pourrai me rendre à un travail sans péril, et rentrer chez moi à la fin de la journée de travail. Je pourrai m'adresser à mon syndicat, si je pense que moi-même ou quelqu'un d'autre n'a pas été traité avec justice. Je saurai que j'aurai l'appui de mes collèges de travail, et que je peux compter sur eux sur tous les plans. Lorsque les droits de mon syndicat seront contestés, je sais que je pourrai compter sur l'appui total de mes confrères et consœurs du mouvement syndical. Je jouirai d'avantages sociaux plus élevés que la moyenne, et ça veut dire que je serai respectée comme particulier, et que je jouirai de droits égaux dans un environnement de travail sécuritaire et sain.

La Fédération des travailleuses et des travailleurs du Nouveau-Brunswick - Logo

English ]

Solidarités provinciales | Le travail en Acadie | Territoire contesté | Le travail des femmes | Lieux historiques ouvriers

© 2017 lhtnb.ca. Tous droits réservés.